Rejoignez LASA2024 à Bogota ou virtuel ! Date limite d'inscription: 10 mars
LASA2024 Reacción y resistencia: Imaginar futuros posibles en las Américas

Domaines Thématiques et Membres du Comité

Sélectionnez le thème le plus approprié pour votre proposition dans la liste ci-dessous et saisissez-le dans l'espace prévu à cet effet dans le système de soumission. Votre proposition ne peut être soumise qu'à un seul thème. Les noms des membres du comité ne sont donnés qu’à titre indicatif. Adressez votre correspondance UNIQUEMENT au Secrétariat de la LASA.

NOUVEAUX DOMAINES THÉMATIQUES POUR LASA2024

COL / Colombia: desafíos actuales y futuros posibles

Jairo Elicio Tocancipa FallaUniversidad del Cauca
Sergio Coronado, Centro de Investigación y Educación Popular, CINEP

La victoire électorale de Gustavo Petro et Francia Márquez en 2022 marque la première fois que les Colombiens élisent un président de gauche et une femme afro-colombienne à la vice-présidence. Surfant sur une vague de mécontentement et de protestation sociale de masse face aux inégalités et à la politics as usual, Petro et Márquez ont mis l'accent sur des questions telles que la justice sociale, l'égalité raciale, la protection de l'environnement et la consolidation de la paix. Malgré les difficultés persistantes et les nouveaux défis, leur victoire pousse les Colombiens à imaginer un nouvel avenir pour leur pays.
 
Avec la politique de « paix totale », Petro et Marquez cherchent à tenir les promesses de l'accord de paix de 2016 signé avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et à conclure de nouveaux accords avec d'autres groupes armés tels que l'Armée de libération nationale (ELN) et e cartel du Clan del Golfo. Cependant, la Colombie reste un pays en conflit, avec des groupes armés qui se livrent à de nouvelles formes de violence, des massacres continus dans les campagnes et des assassinats ciblés de dirigeants communautaires. Dans ce contexte difficile, le pays continue de débattre comment accorder des réparations aux victimes du conflit, comment aborder la question de la mémoire historique et comment écrire l'histoire de décennies de violence.
 
Dans ce contexte d’attentes élevées, la Colombie est confrontée à d'autres défis, anciens et nouveaux. De profondes inégalités socio-économiques et l'exclusion raciale et ethnique persistent. Divers groupes armés et organisations de trafiquants de drogue continuent d'opérer dans tout le pays. Comme beaucoup d'autres pays, la Colombie s'efforce également de relever les grands défis environnementaux de notre époque, notamment la transition vers une économie sans carbone, les menaces qui pèsent sur la biodiversité, la déforestation et la contamination de l'eau. Avec 80 % de la population vivant dans des zones urbaines, les villes colombiennes jouent un rôle clé dans la résolution de bon nombre de ces problèmes, qu'il s'agisse d'améliorer les transports et les infrastructures ou de mettre en place des politiques spécifiques de lutte contre la criminalité et la violence. La Colombie est également confrontée à un afflux massif de personnes en provenance du Venezuela et des réseaux de passeurs qui font transiter les migrants du monde entier par le nord de la Colombie avant de remonter vers le nord.
 
Face à ces défis, les mouvements sociaux colombiens sont restés dynamiques malgré des années de violence de la part de l'État, des paramilitaires et des insurgés. Les organisations de défense des droits humains, les mouvements LGBTQI, les fédérations paysannes et les mouvements sociaux urbains participent activement à la vie politique en Colombie. Les mouvements sociaux autochtones et afro-colombiens sont particulièrement remarquables, car ils ont joué un rôle clé en mettant en évidence les conséquences de la violence sur leurs communautés ainsi que les schémas historiques de marginalisation et d'exclusion pour lesquels ils demandent réparation. Une autre tendance positive est l'essor de la production culturelle en Colombie, qui prolonge les riches traditions du pays en matière de littérature et d'arts visuels. Les arts visuels et d'autres formes de production culturelle apportent de riches contributions aux débats en cours sur le passé récent du pays et aux efforts de consolidation de la paix. Les groupes historiquement sous-représentés sont de plus en plus visibles dans la production artistique et culturelle du pays.
 
Ce domaine thématique invite les universitaires, les étudiants, les leaders communautaires et les activistes à soumettre des propositions, quelle que soit la perspective disciplinaire ou transdisciplinaire, qui abordent les défis actuels auxquels la Colombie est confrontée ainsi que les débats contemporains en histoire, en littérature et dans les arts. Comment l'administration Petro façonne-t-elle la Colombie ? Comment le centre et la droite réagissent-ils à ces changements ? Quelles sont les perspectives d'élargissement et d'approfondissement des progrès réalisés dans le cadre du processus de paix avec les FARC ? Comment les changements dans l'environnement du conflit et de la criminalité affectent-ils la vie des Colombiens ? Comment les mouvements sociaux et le gouvernement cherchent-ils à répondre aux préoccupations des Afro-Colombiens, des communautés autochtones et d'autres groupes historiquement marginalisés ? Quels sont les principaux défis environnementaux auxquels la Colombie est confrontée et comment les Colombiens y font-ils face ? Quels sont les principaux défis urbains auxquels la Colombie est confrontée et quelles politiques les gouvernements et les communautés urbaines adoptent-ils pour y répondre ? Quel rôle les sciences sociales et humaines jouent-elles dans la Colombie post-conflit, en particulier en ce qui concerne la question de savoir comment écrire le récit du passé récent et comment enseigner le passé récent dans les écoles et les universités ? Que se passe-t-il aujourd'hui avec les mouvements sociaux colombiens ? Quelles sont les nouvelles orientations de la production culturelle colombienne ? Comment la production culturelle est-elle soutenue et comment ces différentes formes de soutien façonnent-elles le contenu et la signification des arts en Colombie ?

DYD / Despojos y desplazamientos: violencias, extractivismo y economías ilegales en zonas rurales e indígenas

Giovanni Batz, University of California, Santa Barbara
Alejandro Diez Hurtado, Pontificia Universidad Católica del Perú

Contrairement aux réformes agraires qui ont eu lieu dans plusieurs pays d'Amérique latine au siècle dernier, l'une des caractéristiques du capitalisme tardif dans la région aujourd'hui est l'accumulation de terres, que ce soit pour les cultures ou pour l'exploration et l'exploitation minières et d'hydrocarbures, souvent par le déplacement violent des communautés autochtones et rurales de leurs territoires. Alors que les populations autochtones représentent 4 % de la population mondiale, elles constituent un tiers des défenseurs de l'environnement tués dans le monde. Les conflits liés aux industries extractives et les invasions de terres sont l'une des principales causes de violence à l'encontre des communautés autochtones et rurales. Entre 2017 et 2021, 2109 cas de communautés affectées par les industries extractives et leurs activités associées ont été recensés au Pérou, en Colombie, au Mexique, au Guatemala et au Honduras. La situation la plus critique est celle de la Colombie, où 117 dirigeants autochtones ont été tués entre 2012 et 2020. Au Mexique et en Amérique centrale, les communautés autochtones et rurales ont été dépossédées de leurs terres par les industries extractives et les grands projets hydroélectriques et agro-industriels, tandis que les activistes environnementaux et les dirigeants communautaires ont été criminalisés et assassinés. Face à cela, il existe d'importants exemples de résistance, comme celui de Máxima Acuña, de Cajamarca, au Pérou, qui mène une lutte titanesque contre le projet minier Yanacocha afin d'empêcher son avancée dans la région des lagunes et d'empêcher l'expropriation de ses terres. Dans le cas de la Colombie, la loi sur les victimes et la restitution des terres de 2011 vise à offrir des réparations complètes aux familles qui ont perdu des êtres chers, ont été dépossédées de leurs terres et déplacées de leurs communautés.
 
En même temps, les économies illicites se développent, entraînant des expulsions et la dépossession de terres et de territoires dans une grande partie du continent américain. La violence des trafiquants de bois, de drogue et de personnes fait partie d'une routine quotidienne que l'on voit rarement, mais qui oblige surtout les communautés autochtones à abandonner leur lieu d'origine. La progression de ces économies illégales exacerbe d'autres problèmes tels que le changement climatique, qui génère des déplacements et une mobilité des personnes en raison de phénomènes environnementaux tels que les glissements de terrain, les sécheresses et la contamination des sols et des personnes. En Colombie, la dépossession a également été causée par l'avancée de la guérilla et de l'armée, des groupes paramilitaires et du trafic de drogue, ainsi que par des phénomènes naturels. Au Pérou, l'exploitation minière illégale a provoqué la déforestation et la dépossession ; la contamination par les hydrocarbures a également poussé certains groupes, en particulier les autochtones, à s'isoler et à s'organiser pour lutter pour leurs droits. Il est également important de réfléchir à la production à grande échelle de monocultures, comme le palmier à huile, qui a entraîné la déforestation et l'expropriation de terres en Amérique centrale, en Colombie, en Bolivie, au Brésil, au Mexique et au Pérou.
 
Ce domaine thématique est ouvert aux propositions d’universitaires et d’activistes faisant des recherches et/ou travaillant sur la question du déplacement et de la dépossession des populations autochtones et rurales de leurs terres et territoires, ainsi que sur les résistances collectives qui ont émergé pour contrer cette violence. Quels sont les effets du capitalisme tardif sur les communautés autochtones et rurales des Amériques aujourd'hui ? Comment comprendre le réseau d'acteurs qui cherchent à contrôler les ressources naturelles, y compris les puissantes sociétés transnationales, les groupes criminels violents et les autorités corrompues ? Comment comprendre ces dynamiques de déplacement et de dépossession, de pertes et de mondes en ruines, qui consolident les hégémonies de certains groupes de pouvoir, tout en subalternisant et en réduisant au silence d'autres groupes ? Comment les communautés s'organisent-elles pour faire face à cette violence ?

EAM / La extrema derecha en América Latina y el mundo

Ben Cowan, University of California, San Diego
Camila Rocha, Universidade de São Paulo

La résurgence de l’extrême droite en Amérique latine s’inscrit dans une dynamique mondiale qui va de la Turquie à la Hongrie jusqu’aux États Unis. Les groupes ultraconservateurs qui s’insurgent contre « l’idéologie du genre » et le « marxisme culturel » et qui promeuvent des visions polarisantes du « nous » contre « eux » se sont fait une place à la fois dans la politique institutionnelle et au niveau sociétal. Si la montée de l’extrême droite latino-américaine s’inspire du monde entier, il s’agit aussi largement d’un phénomène bien de chez nous, une réponse à des développements historiques récents tels que la montée des gouvernements de la « marée rose » et qui s’appuie sur des héritages coloniaux plus anciens de christianisme, de patriarcat et de concepts racialisés tels que l’hispanité.
 
Ces nouvelles droites, représentées par le président du Salvador, Nayib Bukele, l’ancien président du Brésil, Jair Bolsonaro, et les dirigeants de l’opposition en Colombie et au Chili, Rodolfo Hernández et José Antonio Kast, ont une forte rhétorique populiste et prétendument antiélitiste. Ces dirigeants dominent les réseaux sociaux, participent à des politiques culturelles revanchardes et sont bien connectés au niveau international. Ces politiciens participent à des élections démocratiques et les remportent parfois, mais ils ne s’engagent généralement pas sérieusement en faveur des normes et des institutions démocratiques, et une fois au pouvoir, ils se servent de ces institutions pour concentrer le pouvoir et affaiblir la démocratie de l’intérieur.En même temps, ils sont étroitement liés à l’armée, et parfois à des groupes paramilitaires, pour faire avancer leur programme. La droite promeut également une approche politique fondée sur la « guerre des cultures », par exemple en adoptant l’idéologie du genre, qui prétend que les réformes favorables aux femmes et aux personnes LGBTIQI, telles que les droits reproductifs et le mariage entre personnes du même sexe, sont le résultat d’un système de croyances imposées et qui menace les « valeurs chrétiennes » et corrompt la société. 
 
Ce domaine thématique invite les propositions d’articles qui abordent cette « nouvelle » droite latinoaméricaine sous différents angles disciplinaires pour nous aider à mieux comprendre la nature, les objectifs et l’impact de la droite contemporaine dans ses manifestations politiques, économiques, sociales et culturelles. Qu'est-ce qui motive la montée des idéologies et des mouvements politiques de droite dans les Amériques ? Quelles menaces l'extrême droite fait-elle peser sur la démocratie et sur une conception plus large des droits dans la région ? Quel rôle jouent les liens internationaux dans le soutien à la droite dans les Amériques et comment ces liens stimulent-ils les politiques de droite ? Comment la droite s'exprime-t-elle aujourd'hui dans la culture et dans quelle mesure l'activisme culturel et social est-il important pour elle ? Quel rôle les liens avec l'armée et les groupes paramilitaires jouent-ils dans l'avancement d'un programme de droite ?

IPP / Impunidades: pasados y presentes

Amy Ross, University of Georgia

Dans les systèmes fondés sur l'État de droit, il existe un ensemble de règles et de normes codifiées par la loi ; toutes les personnes sont soumises à la loi et égales devant elle ; et il existe un système judiciaire indépendant chargé de faire respecter la loi et d'enquêter sur les violations de la loi et d'en poursuivre les auteurs. Dans les systèmes fondés sur l'impunité, il n'y a pas de sanction - ou d’espoir de sanction - pour les crimes graves, y compris les violations des droits humains, la grande corruption et le déploiement arbitraire du pouvoir de l'État. L'impunité est l'exercice du pouvoir sans obligation de rendre des comptes. Sans responsabilité, l’arbitraire devient la norme, l'espace de la société civile se réduit et la corruption et les réseaux criminels prospèrent.
 
Ce domaine thématique vise à attirer l'attention sur le problème persistant de l'impunité et sur la faiblesse de l'État de droit en Amérique latine. Bien que l'Amérique latine ait fait d'importants progrès pour amener d'anciens chefs d'État et d'autres hauts fonctionnaires à répondre de crimes graves tels que la grande corruption, l'abus de pouvoir et les crimes contre l'humanité, l'impunité reste une caractéristique essentielle de la vie dans une grande partie de la région. En outre, dans de nombreux pays, le système juridique devient un outil utilisé par les élites puissantes pour attaquer et immobiliser les individus et les groupes qui œuvrent en faveur d'un changement social progressif, une pratique souvent appelée "lawfare". Il s'agit notamment des activistes environnementaux, des leaders autochtones et afro-descendants, des journalistes et des défenseurs des droits humains. Dans certains pays, ces tactiques sont également déployées contre les opérateurs judiciaires indépendants.
 
La persistance de l'impunité et les différentes formes qu'elle prend dans la politique actuelle posent des défis fondamentaux à la lutte contre la violence et le crime organisé en Amérique latine. Dans toute la région, l'impunité est presque totale pour les violences sexistes et les fémicides, pour les violences policières, notamment à l'encontre des populations autochtones et afro-descendantes racialisées, ainsi que pour le crime organisé, y compris le crime en col blanc, tel que l'énorme scandale de corruption Odebrecht. L'impunité engendre plus de violence, plus de corruption et plus de crime organisé.
 
Ce domaine thématique invite les universitaires, les praticiens et les activistes à soumettre des propositions explorant à la fois le problème persistant de l'impunité dans les Amériques et les efforts passés et présents de lutte contre l'impunité et de consolidation de l'État de droit. Nous sommes particulièrement intéressés par les propositions qui explorent les liens entre la criminalité passée et présente et l'impunité.

RES / Resistencias colectivas, futuros imaginados en las Américas

Carmen Ilizarbe Pizarro, Pontificia Universidad Católica del Perú
Claudia Heiss, Universidad de Chile

À partir de l'histoire politique et de la théorie postcoloniale, des auteurs tels que James Scott, Ranajit Guha, Gayatri Spivak ont conceptualisé et décrit des formes de résistance contre différents systèmes d’oppression et de violence. Ces pratiques de résistance prennent des formes multiples et sont déployées par des groupes qui n'appartiennent pas aux centres et aux dynamiques du pouvoir, mais qui construisent leur agence et leur agentivité comme des modes d'action capables d'imaginer un changement du sens de la vie sociale et politique.

Ces dernières années, l'Amérique du Sud a été le théâtre d'un certain nombre de soulèvements de masse. Ces grandes manifestations mettent à l'ordre du jour des questions importantes. Le soulèvement social au Chili en 2019, par exemple, a révélé la nature incomplète de la transition vers la démocratie en remettant en question le système politique et économique hérité de Pinochet, résumé dans le slogan « ce ne sont pas 30 pesos, ce sont 30 ans ». En Colombie, les mobilisations sociales qui ont éclaté en 2021 en réponse aux réformes économiques ont évolué vers une critique du non-respect des accords de paix par le gouvernement et de tous les acteurs de la guerre qui portent la responsabilité de 50 ans de violence, ainsi que d'un système politique qui exclut les populations indigènes et afro-descendantes. Au Pérou, depuis décembre 2022, d'importantes manifestations ont eu lieu dans différentes régions pour réclamer une plus grande représentation des autochtones dans le processus décisionnel national. Dans ces cas comme dans d'autres, les femmes, les jeunes, les écoliers et les populations autochtones imaginent la possibilité de changer les façons traditionnelles de faire de la politique afin d'obtenir une plus grande représentation politique, une plus grande dignité et un plus grand bien-être pour eux-mêmes et leurs communautés.

D'autres formes de résistance collective sont également évidentes dans les Amériques. Les féministes se sont engagées dans des mobilisations créatives pour dénoncer les féminicides et les violences sexuelles, et pour garantir les droits reproductifs des femmes. Face à l'impunité paralysante dans les cas de disparitions forcées, des mères au Mexique (« las madres buscadoras ») et des personnes cherchant la vérité sur le scandale des faux positifs en Colombie ont entrepris leurs propres recherches, développant des connaissances et des techniques pour retrouver leurs proches disparus, défiant le pouvoir de l'État et les récits hégémoniques niant cette pratique criminelle odieuse. En 2022, une série de grèves au Panama contre l'augmentation du prix du panier de la ménagère, des médicaments et de l'essence, au cours desquelles un certain nombre d'organisations syndicales et indigènes importantes se sont unies pour prôner le dialogue, a eu des résultats importants pour les citoyens. Les Mapuches d'Argentine et du Chili préservent et partagent leurs connaissances ancestrales avec les nouvelles générations afin qu’elles puissent connaître et préserver leurs territoires et leurs coutumes. Comment comprendre ces pratiques ? Que nous apprennent-elles sur les systèmes politiques latino-américains ? Comment nous aident-elles à réfléchir collectivement à d'autres formes de gouvernance ?

Ce domaine thématique invite les chercheurs et les activistes à soumettre des propositions susceptibles de décrire et d'analyser différentes formes de résistances collectives en Amérique latine, afin de nous aider à comprendre comment elles se rapportent au pouvoir hégémonique et le remettent en question, et comment elles contribuent à la pensée collective, à l’imagination – et à la construction – d’avenirs partagés.

DOMAINES THÉMATIQUES PERMANENTS 

AFR / Indigenous peoples and Afro-descendants: Epistemologies and Knowledge

Héctor Nahuelpan, Universidad de los Lagos / Comunidad de Historia Mapuche
Kelly McDonoughUniversity of Texas at Austin

AGR / Agrarian and Food Studies

Juan Ignacio Romero CabreraUniversidad de la República de Uruguay
Ponciano del Pino Huamán, Universidad Diego Portales

ALD / Archives, Libraries and Digital Scholarship

Mariano López Seoane, UNTREF / New York University
Laura Martin, University of Wisconsin, Madison 

ART / Art, Music and Performance Studies

Marcial Godoy-AnativiaNew York University
Alina Peña-IguaránUniversidad Jesuita de Guadalajara (ITESO)

BIO / Biopolitics and Biopower

Fermín RodríguezUniversidad Nacional de Buenos Aires / CONICET

CHI / Childhood and Youth Studies

Patricia AmesPontificia Universidad Católica del Perú
Pablo Vommaro, Universidad de Buenos Aires / CONICET / CLACSO

CIV / Civil Societies and Social Movements

Janice GallagherRutgers University, Newark
Omar CoronelPontificia Universidad Católica del Perú

CUL / Culture, Power and Political Subjectivities

Paulo Ravecca, Saint Mary’s University, Canada
Isabel WencesUniversidad Carlos III de Madrid
Gabriela Fried Amilivia, California State University, Los Angeles

DEM / Democratization and Political Process

Monica Pachón BuitragoUniversidad de los Andes
Guillermo Trejo, University of Notre Dame
Lucio Renno, Universidade de Brasília 

ECO / Economics and Political Economy

Candelaria GarayUniversidad Torcuato Di Tella
Marcelo PaixãoUniversity of Texas at Austin 

EDU / Education

Fabiola Cabra, Pontificia Universidad Javeriana
Werner Vásquez von Schoettler, Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales, Ecuador

ENV / Environment, Nature and Climate Change

Mark UngarCity University of New York 
Fabiola Yeckting, Universidad Nacional Mayor de San Marcos

FIL / Film Studies

Alex VailatiUniversidade Federal de Pernambuco
Bridget Franco, College of the Holy Cross

GEN / Feminism and Gender Studies 

Claudio BarrientosUniversidad Diego Portales
Anne LambrightCarnegie Mellon University
Elisabeth Guerrero, Bucknell University 

HEA / Health and Wellbeing

Jorge AlvesCity University of New York
Raúl Necochea LópezUniversity of North Carolina at Chapel Hill

HIS / History and Archaeology

Natalia Sobrevilla PereaUniversity of Kent
Rodrigo Patto Sá MottaUniversidade Federal de Minas Gerais

HUM / Human Rights and Memory

Elizabeth Oglesby, The University of Arizona
Eugenia Allier MontañoUniversidad Nacional Autónoma de México

IND / Indigenous Languages and Literature

Rita PalaciosConestoga College 
Miguel Andrés Rocha VivasPontificia Universidad Javeriana
Miguel Rojas SoteloDuke University

INT / International Relations/Global Studies

Víctor Mijares, Universidad de los Andes, Colombia
Camelia TigauUniversidad Nacional Autónoma de México / University of Toronto

LAB / Labor Studies

Cirila Quintero Ramírez, El Colegio de la Frontera Norte
Matias Dewey, Research Institute of Sociology

LAN / Language and Linguistics

Ana Alonso Ortiz, Universidad Autónoma de Querétaro

LAT / Latinx Studies

Lawrence La Fountain-StokesUniversity of Michigan
Melissa Castillo Planas, City University of New York

LAW / Law and Justice

Jordi Díez, University of Guelph
Ludmila Ribeiro, Universidade Federal de Minas Gerais

LCC / Literature Studies: Colonial/19th Century

Felipe Martínez-Pinzón, Brown University 
Vanesa Miseres, University of Notre Dame 
Catalina RodríguezUniversity of Toronto Mississauga

LCE / Literature Studies: 20th/21st Centuries

Hector Hoyos Ayala, Stanford University
Claire MercierUniversidad de Talca

LCU / Literature and Culture

Margarita Saona, University of Illinois Chicago
Yamile Silva, The University of Scranton

MED / Mass Media and Popular Culture

Manuel Alejandro Guerrero Martinez, Universidad Iberoamericana 
Celeste González de Bustamante, The University of Texas at Austin  

MIG / Migration and refugees

Gisela Zapata Araujo, Universidade Federal de Minas Gerais
Tania Cruz SalazarEl Colegio de la Frontera Sur

OTR / Otros saberes and Alternative Methods

Richard Stahler-Sholk, Eastern Michigan University
Rocío del Pilar Moreno Badajoz, Universidad de Guadalajara

POL / Political Institutions

Maiah Jaskoski, Northern Arizona University
Jennifer Cyr, Universidad Torcuato Di Tella

PUB / Public and Social Policies

Mariely López-SantanaGeorge Mason University
Lirio Gutierrez Rivera, Universidad Nacional de Colombia

RAC / Race and Ethnicities

Renzo Aroni, Columbia University
Flávia Rios, Universidade Federal Fluminense

REL / Religion, Politics and Society

Bibiana Astrid Ortega Gómez, Pontificia Universidad Javeriana
Joanildo Burity, Fundação Joaquim Nabuco

SLS / Sexualities and LGBTI Studies

Jose Guillermo de los ReyesUniversity of Houston 
Montserrat Sagot, Universidad de Costa Rica

URB / Urban Studies

Eduardo MoncadaColumbia University 
Verónica Zubillaga, Universidad Simón Bolívar

VIO / Security and Violence

Marcos Alan Ferreira, Universidade Federal da Paraíba
Angélica Durán Martínez, University of Massachusetts Lowell