Les lettres d'acceptation et de notification du LASA2023 ont été envoyées le 17 novembre 2022.
LASA2022 Polarización socioambiental y rivalidad entre grandes potencias

À Propos de LASA2022

Polarización socioambiental y rivalidad entre grandes potencias 

Parmi les énormes défis auxquels l’Amérique latine et les Caraïbes sont confrontées au XXIe siècle, trois d’entre eux, intimement liés, se distinguent pour le Congrès de la LASA en 2022: la destruction de l’environnement et le changement climatique, la polarisation socio-économique et la rivalité entre les grandes puissances qui, d’une manière ou d’une autre, touchent la région. La destruction de l’environnement et le changement climatique s’accélèrent depuis la moitié du vingtième siècle, mais ont pris un nouvel élan au tournant du vingt- et-unième siècle. Dans notre région, ces phénomènes ont été étroitement liés au nouveau boom des produits primaires, et à l’approfondissement de l’extractivisme, tant minier qu’agricole. Bien que ce nouvel essor ait facilité l’apparition de gouvernements autoproclamés de gauche, leurs programmes sociaux étaient axés sur l’atténuation de la pauvreté, mais tentaient rarement de modifier les structures productives qui la créent et creusent les inégalités. Idéalement, dans notre congrès, nous devrions apporter des contributions qui tiennent compte à la fois de la destruction de l’environnement et des nouveaux modèles et pratiques qui pourraient permettre sa transcendance.

La polarisation socio-économique est malheureusement l’un des traits les plus distinctifs de la région, une situation qui s’est aggravée en période de pandémie de COVID-19. Nous faisons ici référence à l’inégalité économique et sociale, qui s’exprime par des formes de discrimination fondées sur la classe sociale, l’origine ethnique, le sexe, l’orientation sexuelle, etc. Dans de nombreux cas, la polarisation a accéléré les processus de migration, y compris maintenant la migration climatique, exacerbant les conflits causés par les luttes pour la terre, l’eau et par le racisme au fur et à mesure que de nouveaux groupes entrent en contact.

Enfin, la concurrence et la rivalité commerciales croissantes entre les États-Unis et la Chine placent l’Amérique latine dans une situation compliquée. D’une part, son partenaire commercial traditionnel, les États-Unis, a toujours été une puissance dominante qui cherche à tirer le meilleur parti de la région et n’a aucun scrupule à intervenir dans ses processus politiques. D’autre part, la Chine émerge aujourd’hui avec une présence considérable dans toutes les sphères imaginables. Comment les pays d’Amérique latine doivent-ils faire face à cette rivalité de manière à minimiser les conflits et à maximiser les avantages pour leurs populations ? Les politiciens et les experts de la région pourraient jouer un rôle de médiateur pour promouvoir la coopération entre les puissances. Cependant, pour relever avec succès le défi climatique, il faut que l’Amérique latine accroisse son autonomie industrielle basée sur l’utilisation durable des ressources.

Pour aborder les questions formulées ci-dessus, nous proposons cinq domaines thématiques spéciaux où les dernières recherches sur ces questions centrales peuvent être soulevées et discutées.

  1. Extraction et appropriation par les multinationales et les États : L’augmentation des niveaux de dette nationale et privée va de pair avec l’accélération des niveaux d’extraction et d’appropriation. Comment les traités multilatéraux de commerce et d’investissement affectent-ils le flux de matériaux et d’énergie de l’Amérique latine vers les États-Unis et la Chine ? Comment les acteurs privés et publics affectent-ils la déforestation, l’accaparement des terres, l’exploitation minière et l’abattage légal et illégal ? Quelles formes d’extraction de rente accompagnent les droits de propriété intellectuelle et les économies virtuelles émergentes ?
  2. Présent toxique et avenirs imaginaires : La culture de l’anthropocène ou du capitalocène implique une toxicité mondialisée. La toxicité est normalisée comme un prix nécessaire à la croissance économique. Les dommages qu’elle inflige sont lents, invisibles et inégalement répartis. Les corps des plantes, des animaux et des humains mutent, tombent malades et meurent sous l’impact des substances toxiques et des agents pathogènes. Quelles sont les histoires de ces corps et les récits des flux toxiques et des transmissions pathogènes, tel que la pandémie actuelle de COVID-19 ?  Comment la toxicité perturbe-t-elle les ordres et les formes de vie existants, tout en maintenant des formes de vie à d’autres échelles ? Comment les humains et les non-humains s’adaptent-ils et résistent-ils aux conditions toxiques ? Quels discours toxiques justifient les économies toxiques ?
  3. La rivalité entre grandes puissances : Depuis au moins 2010, la rivalité entre les États-Unis et la République populaire de Chine s’est généralisée et intensifiée. Cette concurrence conflictuelle a des effets importants sur les pays et régions tiers. Il n’existe pratiquement aucun domaine des sciences sociales qui ne soit impliqué et affecté par ses tensions et sa rupture croissante. Quelles sont les conditions de cette rivalité et quel impact a-t-elle généré sur les nouvelles infrastructures, l’exploitation minière et la consommation en Amérique latine ? Quelle est sa pertinence pour l’avenir en Amérique latine et dans les Caraïbes et son impact environnemental ?
  4. Écologies politiques et nouvelle pensée environnementale : L’écologie politique, l’étude des relations de pouvoir qui traversent le champ socio- environnemental, est apparue en Amérique latine comme un champ interdisciplinaire central pour la réflexion sur les relations société/environnement. Comment les contestations entre les systèmes de connaissance et les manières d’être dans le monde se rejoignent-elles avec les questions de justice et d’injustice environnementale, de classe, de race et de coûts sociaux pour les générations futures alors que la production industrielle, l’infrastructure et la consommation dérivent pour détruire la base même des moyens de subsistance urbains et ruraux ? Comment l’écologie politique intègre-t-elle les défis posés par la nouvelle rivalité dans l’économie mondiale ?
  5. Polarisation et modèles de développement : L’Amérique latine et les Caraïbes (ALC) a été l’une des régions les plus touchées par la mise en œuvre du modèle de développement néolibéral depuis les années 1980, à quelques exceptions importantes près. L’une de ses caractéristiques les plus significatives, outre l’orientation vers l’exportation de son appareil productif, a été son impact profond sur la polarisation au niveau des ménages, des entreprises, des secteurs et des régions dans les pays eux-mêmes. Depuis lors, des mouvements intellectuels, sociaux et politiques alternatifs, également sous des slogans socio-écologiques, anti-néolibéraux, post-néolibéraux ou de socialisme du XXIe siècle, ont aussi été perçus - et exacerbés depuis le début du XXIe siècle. Quels effets socio-économiques et socio- écologiques ont été générés par la stratégie suivie depuis les années 1980 - dans certains pays même avant - et en différenciant les pays et régions d’ALC ? Quelles expériences sont pertinentes dans la troisième décennie du XXIe siècle pour une discussion sur les alternatives ?